Restaurer La Confiance: Iréné Agossa Président, Corentin Kohoué absent

Politique

Après son annonce, l’alliance Restaurer La Confiance est portée sur les fonts baptismaux et devient un nouveau parti dans le paysage du Bénin sous l’ère de la Rupture.  C’était à l’occasion du congrès constitutif tenu samedi 12 juin 2021 à Bohicon. Iréné Agossa prend la tête de ce nouveau  parti de l’opposition avec des perspectives et des défis à relever. Corentin Kohoué a brillé par son absence.

Tout s’est déroulé à l’hôtel des princes de Bohicon. Vêtus de couleur orange, les militants sont venus des 12 départements et des 77 communes du Bénin. Les travaux ont consisté à la lecture, à l’amendement  et à l’adoption des textes fondamentaux et du règlement intérieur du parti. A l’issue du congrès, le membre fondateur Iréné Agossa a été porté au poste de Président du parti Restaurer La Confiance. L’ancien Directeur Général de l’ancienne Société nationale de commercialisation des produits pétroliers et ancien militant du parti Les Démocrates, compte restaurer le manque de confiance constaté selon lui à l’ère de la gouvernance de Patrice Talon. Iréné Agossa n’a pas perdu de vue sa dynamique d’opposition aux actions du chef de l’Etat. Aussitôt désigné chef de peloton du RLC, il espère engager ses membres dans un combat de défense des intérêts du peuple béninois. Le RLC devra déposer dans les prochains jours son dossier au Ministère de l’intérieur et de la sécurité publique pour l’obtention de son récépissé afin d’être considéré comme parti politique légalement enregistré au Bénin. 

Le hic au cours de ce congrès constitutif est l’absence bien remarquée du second membre du duo qui s’est porté à la magistrature suprême, en l’occurrence Corentin Koohoué. Il n’était présent ni lors des travaux constitutifs, ni parmi les membres fondateurs du parti.

Pour rappel, c’est sous la bannière du RLC que le duo constitué de l’ancien député Corentin Kohoué et de Iréné Agossa, s’est présenté à la présidentielle du 11 avril dernier. Le duo a d’ailleurs fini troisième après Talon-Talata et Djimba-Hounkpè.

Bertin DOKO